Courte histoire de l’écriture allemande aux XIXe et XXe siècles

L’écriture allemande des XIXe et XXe siècles a pour lointaine origine les minuscules carolingiennes du Moyen-Âge. Les premières minuscules gothiques apparaissent au XIIe siècle non pas en Allemagne, mais en France. Jusqu’au XVe siècle, plusieurs formes d’écriture gothique coexistent en Occident tandis que, parallèlement, l’écriture cursive, plus rapide à tracer, est employée dans la vie courante. Les premiers caractères d’imprimerie puisent dans l’écriture gothique. L’arrondi des lettres y est brisé, comme le suggère le nom de Fraktur [1], donné en Allemagne à cette police à partir du XVIe siècle. Mais, alors que dans les espaces germaniques, on utilise la Fraktur, le reste de l’Europe imprime en écriture latine, préfiguration de la future police Antiqua.

En langue allemande, l’écriture cursive, appelée Kurrentschrift, se caractérise par des angles aigus. Elle se normalise au XIXe siècle et est enseignée dans les écoles jusqu’au début du XXe. Étonnement, il est plus difficile aujourd’hui de déchiffrer le Kurrent que les graphies allemandes d’époques plus reculées !

Arbre généalogique des polices de caractères

La Fraktur a été politiquement manipulée au XIXe siècle par les nationalistes allemands ; elle était censée être plus à même d’exprimer la « germanité » que l’Antiqua… Jusqu’au début du XXe siècle, les ouvrages en langue allemande sont majoritairement imprimés en Fraktur mais les mots étrangers, en particulier d’origine latine, restent écrits en Antiqua ; c’est ce que l’on nomme la « double écriture » (Zweischriftigkeit) [2]. Le même phénomène s’observe avec l’écriture manuscrite, la forme latine pouvant coexister ponctuellement avec le Kurrent. La Fraktur et le Kurrent sont les graphies que l’on retrouve le plus communément dans les archives allemandes à l’époque contemporaine, du moins jusqu’à la période nazie.

Un exemple de l’utilisation de la Fraktur et du Kurrent pour les documents officiels dans les premières années de fondation de l’Empire allemand (1877)

Au début du XXe siècle, un débat oppose les tenants de la Fraktur et ceux de l’Antiqua. Ces derniers réclament l’abandon de la Fraktur afin de s’aligner sur les normes en vigueur en Europe et dans un souci de plus grande lisibilité. Au même moment, le Kurrent est réformé par le graphiste Ludwig Sütterlin. À la demande du gouvernement de Prusse, il propose en 1911 une nouvelle graphie : le Sütterlinschrift. Il faut attendre les lendemains de la Première Guerre mondiale pour qu’en Allemagne et en Autriche, le Sütterlin supplante le Kurrent dans l’enseignement comme dans l’usage courant. L’Antiqua et les différents types d’écriture manuscrite latine s’imposent néanmoins au Luxembourg et en Suisse.

Carte de Noël en Sütterlin (entre deux-guerres).

Durant les années 1930, les nazis promeuvent la Fraktur pour les mêmes raisons que les nationalistes du XIXe siècle, mais ils décident finalement de la bannir en 1941, au motif qu’elle serait d’origine juive ! À la vérité, cette police entravait la propagande allemande durant la Seconde Guerre mondiale, car elle était fort difficile à déchiffrer pour les populations occupées. Le Kurrent et le Sütterlin suivent très vite le même sort. L’Antiqua et la cursive manuscrite latine s’imposent définitivement en Allemagne après 1945.

Décret du 3 janvier 1941 interdisant la Fraktur — mais qui l’emploie paradoxalement en en-tête

Aujourd’hui, dans les pays germaniques, on emploie la Fraktur dans certaines enseignes commerciales (brasseries, restaurants, pharmacies, etc.) ou encore dans la signalétique urbaine (plaques de rue) pour revendiquer une profondeur historique. Certains journaux l’utilisent aussi pour leur manchette, comme le Frankfurter Allgemeine Zeitung. Quant au Kurrent ou au Sütterlin, ils ne sont plus enseignés et peu employés dans la vie courante.

Plaque de rue à Vienne, aujourd’hui

[1] Les incunables, dont la bible de Gutenberg, sont imprimés en caractères gothiques.

[2] Particulièrement répandue aux marges des espaces germaniques, là où l’allemand est confronté à d’autres langues.

Benoit Vaillot

Doctorant en histoire (EHESS, Paris) / Arche EA 3400 (Université de Strasbourg). PhD Researcher (European University Institute, Florence). Coordinateur du séminaire doctoral « Nationalism Working Group » hébergé à l'Institut Universitaire Européen.

More Posts - Website - Twitter - Facebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.