Archives de catégorie : Hilfsmittel – outils – tools

Présentation du carnet de paléographie allemande des XIXe et XXe siècles

Présentation du carnet de paléographie allemande des XIXe et XXe siècles aux étudiants en licence de littérature et civilisation germaniques par Benoit Vaillot à l’université Toulouse Jean Jaurès, salle 051 du Centre de ressources des langues (bâtiment Erasme), le 18 avril 2019 à 14H00 à l’invitation d’Hilda Inderwildi, Maitresse de Conférences en Études germaniques.

Memento #Fraktur #Kurrent #Sütterlin

Hier sind kurze Abrisse, die sie leicht zu Rate ziehen können, wenn sie deutschsprachige Dokumente aus dem 19. und 20. Jahrhundert lesen.


Voici de petits memento à garder avec soi pour la lecture des documents écrits en allemand au XIXe et XXe siècle.


Here are small mementos to keep with you when reading documents written in German in the 19th and 20th centuries.


Déchiffrer les manuscrits allemands pour redécouvrir l’histoire alsacienne

Vocabulaire différent, orthographe changeante… devant les textes manuscrits allemands médiévaux les étudiants se sentent parfois démunis. Pour les guider, Elisabeth Clementz, enseignante en paléographie médiévale et son mari Bernhard Metz, archiviste, ont publié un ouvrage intitulé « Initiation à la lecture des écritures manuscrites allemandes médiévales ».

Elisabeth Clementz se rend régulièrement aux archives municipales pour consulter des documents. Sur cette photo, un manuscrit de la fin du Moyen Age. Crédits C. Schröder

2 objectifs : déchiffrer et comprendre

Phrases longues, mots dont le sens a évolué… « Les principaux problèmes lorsqu’on est face à un texte allemand médiéval c’est de déchiffrer et comprendre. Il faut se familiariser avec un vocabulaire et aussi le fait qu’à l’époque l’orthographe n’était pas fixée », résume Elisabeth Clementz, membre de l’équipe d’accueil Arts, civilisation et histoire de l’Europe spécialisée en histoire médiévale d’Alsace. Autre frein à la compréhension : la pratique de l’alsacien et de l’allemand a beaucoup baissé. « Si on veut faire un master en histoire médiévale en Alsace, beaucoup de sources sont en latin ou en allemand… Le risque serait de se retrouver avec une génération coupée de ses sources », souligne la chercheuse qui précise que ce livre d’entrainement ne s’adresse pas uniquement aux étudiants.

32 documents

Après une introduction donnant des clés de compréhension avec notamment la présentation des principales abréviations, place à 32 textes. « Nous avons choisi de mettre à disposition des textes de difficultés diverses sur le Moyen Age en Alsace du milieu du 13e siècle au début du 16e siècle. » Des documents historiques institutionnels dénichés aux archives municipales ou départementales de Strasbourg, Haguenau, Colmar, Rouffach ou encore Obernai. « Les archives c’est notre laboratoire », glisse la chercheuse. Chaque texte est accompagné d’une transcription et d’une proposition de traduction assorties de notes explicatives. « Cela permet de s’entrainer et vérifier si la transcription est exacte. »

10 thématiques

Les documents sont regroupés à travers 10 thématiques comme la vie quotidienne dans les léproseries, les cloches dans les villes médiévales, les hôpitaux, la guerre ou encore la persécution des juifs au 14e siècle. « Nous avons choisi des thèmes sur lesquels nous effectuons nos recherches avec cinq documents iconographiques sélectionnés en collaboration avec Philippe Lorentz, chercheur en histoire de l’art. » Chaque thème est accompagné d’un texte introductif donnant des indications sur le contexte historique. L’occasion de découvrir qu’il n’y avait pas de médecin rattaché à l’hôpital de Strasbourg avant 1515 ou que le Magistrat de Colmar avait interdit de tirer les rois après le 6 janvier. « Il y avait des abus », sourit Elisabeth Clementz qui propose ainsi une véritable photographie de l’Alsace à l’époque médiévale.

Article rédigé par Marion Riegert : http://www.recherche.unistra.fr/index.php?id=29718

Courte histoire de l’écriture allemande aux XIXe et XXe siècles

L’écriture allemande des XIXe et XXe siècles a pour lointaine origine les minuscules carolingiennes du Moyen-Âge. Les premières minuscules gothiques apparaissent au XIIe siècle non pas en Allemagne, mais en France. Jusqu’au XVe siècle, plusieurs formes d’écriture gothique coexistent en Occident tandis que, parallèlement, l’écriture cursive, plus rapide à tracer, est employée dans la vie courante. Les premiers caractères d’imprimerie puisent dans l’écriture gothique. L’arrondi des lettres y est brisé, comme le suggère le nom de Fraktur [1], donné en Allemagne à cette police à partir du XVIe siècle. Mais, alors que dans les espaces germaniques, on utilise la Fraktur, le reste de l’Europe imprime en écriture latine, préfiguration de la future police Antiqua.

En langue allemande, l’écriture cursive, appelée Kurrentschrift, se caractérise par des angles aigus. Elle se normalise au XIXe siècle et est enseignée dans les écoles jusqu’au début du XXe. Étonnement, il est plus difficile aujourd’hui de déchiffrer le Kurrent que les graphies allemandes d’époques plus reculées !

Arbre généalogique des polices de caractères

La Fraktur a été politiquement manipulée au XIXe siècle par les nationalistes allemands ; elle était censée être plus à même d’exprimer la « germanité » que l’Antiqua… Jusqu’au début du XXe siècle, les ouvrages en langue allemande sont majoritairement imprimés en Fraktur mais les mots étrangers, en particulier d’origine latine, restent écrits en Antiqua ; c’est ce que l’on nomme la « double écriture » (Zweischriftigkeit) [2]. Le même phénomène s’observe avec l’écriture manuscrite, la forme latine pouvant coexister ponctuellement avec le Kurrent. La Fraktur et le Kurrent sont les graphies que l’on retrouve le plus communément dans les archives allemandes à l’époque contemporaine, du moins jusqu’à la période nazie.

Un exemple de l’utilisation de la Fraktur et du Kurrent pour les documents officiels dans les premières années de fondation de l’Empire allemand (1877)

Au début du XXe siècle, un débat oppose les tenants de la Fraktur et ceux de l’Antiqua. Ces derniers réclament l’abandon de la Fraktur afin de s’aligner sur les normes en vigueur en Europe et dans un souci de plus grande lisibilité. Au même moment, le Kurrent est réformé par le graphiste Ludwig Sütterlin. À la demande du gouvernement de Prusse, il propose en 1911 une nouvelle graphie : le Sütterlinschrift. Il faut attendre les lendemains de la Première Guerre mondiale pour qu’en Allemagne et en Autriche, le Sütterlin supplante le Kurrent dans l’enseignement comme dans l’usage courant. L’Antiqua et les différents types d’écriture manuscrite latine s’imposent néanmoins au Luxembourg et en Suisse.

Carte de Noël en Sütterlin (entre deux-guerres).

Durant les années 1930, les nazis promeuvent la Fraktur pour les mêmes raisons que les nationalistes du XIXe siècle, mais ils décident finalement de la bannir en 1941, au motif qu’elle serait d’origine juive ! À la vérité, cette police entravait la propagande allemande durant la Seconde Guerre mondiale, car elle était fort difficile à déchiffrer pour les populations occupées. Le Kurrent et le Sütterlin suivent très vite le même sort. L’Antiqua et la cursive manuscrite latine s’imposent définitivement en Allemagne après 1945.

Décret du 3 janvier 1941 interdisant la Fraktur — mais qui l’emploie paradoxalement en en-tête

Aujourd’hui, dans les pays germaniques, on emploie la Fraktur dans certaines enseignes commerciales (brasseries, restaurants, pharmacies, etc.) ou encore dans la signalétique urbaine (plaques de rue) pour revendiquer une profondeur historique. Certains journaux l’utilisent aussi pour leur manchette, comme le Frankfurter Allgemeine Zeitung. Quant au Kurrent ou au Sütterlin, ils ne sont plus enseignés et peu employés dans la vie courante.

Plaque de rue à Vienne, aujourd’hui

[1] Les incunables, dont la bible de Gutenberg, sont imprimés en caractères gothiques.

[2] Particulièrement répandue aux marges des espaces germaniques, là où l’allemand est confronté à d’autres langues.

Short History of German Writings in the 19th and 20th centuries

The German writing of the 19th and 20th centuries has its roots in the Carolingian minuscule of the Middle Ages. The first tiny Gothic gestures appeared in the 12th century, not in Germany, but in France. Until the 15th century, several forms of Gothic writing coexisted in the West while, at the same time, cursive writing, which was faster to trace, was used in everyday life. The first printing characters were based on Gothic script. The rounding of the letters is broken, as suggested by the name Fraktur, which was given to this font in Germany from the 16th century onwards. But, while in Germanic spaces, the Fraktur was used, the rest of Europe printed in Latin script, a prefiguration of the future Antiqua font.

The German cursive writing, called Kurrentschrift, was characterized by sharp angles. It was normalized in the 19th century and was taught in schools until the beginning of the 20th century. Surprisingly, it is more difficult today to decipher Kurrent than German writing from more remote times!

Family tree of fonts

The Fraktur was politically manipulated in the 19th century by German nationalists; it was supposed to be better able to express the “Germanness” than Antiqua… Until the early 20th century, German-language books were mainly printed in Fraktur but foreign words, especially of Latin origin, remained written in Antiqua; this is what is called “double writing” (Zweischriftigkeit). The same phenomenon could be observed with handwriting, the Latin form being able to coexist punctually with Kurrent. Fraktur and Kurrent are the most common writings found in German archives in contemporary times, at least until the Nazi period.

An example of use of Fraktur and Kurrent for official documents in the early years of the German Empire (1877)

At the beginning of the 20th century, a debate opposed the supporters of the Fraktur and those of Antiqua. The latter were calling for the abandonment of the Fraktur in order to bring it into line with the standards in force in Europe and in order to make it easier to understand. At the same time, the Kurrent was reformed by the graphic designer Ludwig Sütterlin. At the request of the Prussian government, he proposed a new writing in 1911: the Sütterlinschrift. It was not until the aftermath of the First World War that the Sütterlin supplanted the Kurrent in education and in everyday use in Germany and Austria. Antiqua and the different types of Latin handwriting were nevertheless common in Luxembourg and Switzerland.

Christmas card in Sütterlin (interwar period)

During the 1930s, the Nazis promoted the Fraktur for the same reasons as the nationalists in 19th century, but they finally decided to ban it in 1941, on the grounds that it was of Jewish origin! In fact, this police force hindered German propaganda during the Second World War because it was very difficult for the occupied populations to decipher. The Kurrent and the Sütterlin followed the same fate very quickly. Antiqua and the cursive Latin manuscript were definitively established in Germany after 1945.

Decree which prohibits the Fraktur, January 3, 1941 — but paradoxically used it in the header

Today, in German-speaking countries, Fraktur is used in some commercial brands (brasseries, restaurants, pharmacies, etc.) or in urban signage to claim historical depth. Some newspapers also use it for their headlines, such as the Frankfurter Allgemeine Zeitung. As for the Kurrent or Sütterlin, they are no longer taught and rarely used in everyday life.

Street sign in Vienna today

Eine kurze Geschichte des deutschen Schreibens im 19. und 20. Jahrhundert

Die deutsche Schrift des 19. und 20. Jahrhunderts hat ihre Wurzeln in den Karolingischen Minuskeln des Mittelalters. Die ersten winzigen gotischen Gesten tauchten im 12. Jahrhundert nicht in Deutschland, sondern in Frankreich auf. Bis zum 15. Jahrhundert existierten im Westen mehrere Formen der gotischen Schrift, während gleichzeitig die kursive Schrift, die schneller zu erfassen war, im Alltag verwendet wurde. Die ersten Druckzeichen basieren auf einer gotischen Schrift. Die Rundung der Buchstaben ist gebrochen, wie der Name Fraktur nahelegt, der dieser Schrift ab dem 16. Jahrhundert in Deutschland verliehen wurde. Aber während im germanischen Raum die Fraktur verwendet wurde, druckte der Rest Europas in lateinischer Schrift, einer Präfiguration der zukünftigen Antiqua-Schrift.

Im Deutschen ist die kursive Schrift, die Kurrentschrift, durch scharfe Winkel gekennzeichnet. Sie wurde im 19. Jahrhundert normalisiert und bis Anfang des 20. Jahrhunderts in den Schulen unterrichtet. Überraschenderweise ist es heute schwieriger, Kurrent zu entschlüsseln als deutsche Schreibweisen aus entlegeneren Zeiten!

Stammbaum der Schrift

Die Fraktur wurde im 19. Jahrhundert von deutschen Nationalisten politisch manipuliert; sie sollte „Germania“ besser ausdrücken können als die Antiqua…. Bis Anfang des 20. Jahrhunderts wurden deutschsprachige Werke hauptsächlich in Fraktur gedruckt, aber Fremdwörter, insbesondere lateinischer Herkunft, blieben in Antiqua geschrieben; das nennt man „Zweischriftigkeit” [1]. Das gleiche Phänomen lässt sich in der Handschrift beobachten, wobei die lateinische Form zeitgleich mit Kurrent koexistieren kann. Fraktur und Kurrent sind die häufigsten Schreibweisen in deutschen Archivalien in der Gegenwart, zumindest bis zur Nazizeit.

Ein Beispiel für die Verwendung von Fraktur und Kurrent für offizielle Dokumente in den Anfangsjahren der Gründung des Deutschen Reiches (1877)

Zu Beginn des 20. Jahrhunderts brachte eine Debatte die Anhänger der Fraktur und der Antiqua auseinander. Diese forderten die Aufgabe der Fraktur, um sie mit den in Europa geltenden Normen in Einklang zu bringen und sie verständlicher zu machen. Gleichzeitig wurde die Kurrentschrift von dem Grafikdesigner Ludwig Sütterlin reformiert. Auf Wunsch der preußischen Regierung schlug er 1911 eine neue Schrift vor: die Sütterlinschrift. Erst nach dem Ersten Weltkrieg verdrängten Sütterlin Kurrent in der Bildung und im Alltag in Deutschland und Österreich. Antiqua und die verschiedenen Arten der lateinischen Handschrift sind jedoch in Luxemburg und der Schweiz verbreitet.

Weihnachtskarte in Sütterlin (Zwischenkriegszeit)

In den 1930er Jahren förderten die Nazis die Fraktur aus den gleichen Gründen wie die Nationalisten des 19. Jahrhunderts, aber sie beschlossen schließlich, sie 1941 zu verbieten, weil sie jüdischer Herkunft war! Tatsächlich behinderte diese Politik die deutsche Propaganda während des Zweiten Weltkriegs, weil es für die besetzten Bevölkerungen sehr schwierig war, zu entschlüsseln. Kurrent und Sütterlin folgten sehr schnell dem gleichen Schicksal. Die Antiqua und die kursive lateinische Handschrift wurden nach 1945 in Deutschland endgültig etabliert.

Schreibdekret vom 3. Januar 1941, das die Fraktur verbietet

Heute wird Fraktur im deutschsprachigen Raum in einigen Handelsmarken (Biergarten, Restaurants, Apotheken, etc.) oder in der Stadtbeschilderung (Straßenschilder) eingesetzt, um historische Tiefe zu suggerieren. Einige Zeitungen nutzen sie auch für ihre Schlagzeilen, wie die Frankfurter Allgemeine Zeitung. Was Kurrent oder Sütterlin betrifft, so werden sie nicht mehr gelehrt und im Alltag selten verwendet.

Straßenschild in Wien

[1] Besonders weit verbreitet am Rande germanischer Gebiete, wo das Deutsche mit anderen Sprachen konfrontiert wird.

Zeitungsartikel – article de presse – newspaper article : « Le gothique, typographie du mal », Le Devoir, 16 août 2018

Dieser Artikel auf französisch mit dem Titel “Le gothique, typographie du mal” stammt aus der Zeitung Le Devoir, 16. August 2018.


Cet article en français intitulé « Le gothique, typographie du mal » est issu du journal Le Devoir du 16 août 2018.


This article in French entitled “Le gothique, typographie du mal” is an excerpt from the newspaper Le Devoir, August 16, 2018.


Des partisans nazis font le salut fasciste, en 1939, sous une bannière écrite en lettres gothiques réclamant le retour de la ville polonaise de Dantzig au sein de l’Allemagne.Photo: Archives Agence France-Presse / France Presse Voir Des partisans nazis font le salut fasciste, en 1939, sous une bannière écrite en lettres gothiques réclamant le retour de la ville polonaise de Dantzig au sein de l’Allemagne.

Stéphane Baillargeon

Les polices de caractères ont souvent une histoire étonnante dans laquelle s’entremêlent enjeux graphiques, économiques et sociopolitiques. Dernier texte d’une série estivale consacrée au sujet.

Le traitement de texte Word, de très, très loin le plus populaire du monde, propose des dizaines de polices de caractères — le Tahoma, le Verdana et l’Optima —, mais pas le gothique, qui ne fait pas partie du lot de base. Normal. Qui en voudrait ? Qui s’en servirait ? Ce que les Anglais appellent la « black letter » et les Allemands, l’écriture brisée ou fracturée (Gebrochene Schrift ou Frakturschrift) a pratiquement disparu de l’usage courant.

La typo caractéristique, avec ses arcs rompus, ne survit que dans les logos d’anciennes compagnies (Seagram) et de très vieux journaux (The New York Times), sur les pochettes de disque de groupes de musique métal et les écussons de clubs de méchants motards.

C’est un peu beaucoup la faute aux nazis. Le gothique est sorti exsangue de la Seconde Guerre mondiale, mais pas exactement pour les raisons que l’on pourrait croire. Les virages abrupts ne manquent pas avec cette manière d’écrire…

Antiqua-Fraktur

En Allemagne, les caractères de l’écriture fracturée (la Fraktur en allemand) ont été en concurrence avec l’écriture dite latine ou antique (l’Antiqua) bien avant 1933. L’opposition reposait sur des fondements politico-idéologiques multicentenaires.

Sur son passionnant site consacré aux langages, aux écritures et aux typographies, le professeur d’études germaniques Jacques Poitou rappelle que Luther exigeait les lettres gothiques pour sa traduction en allemand de la bible, laissant les formes latines aux textes en latin. Gutenberg a donc imprimé en Textura (une variante gothique du XIVe siècle) ses premiers exemplaires du Livre.

Au contraire, les frères Grimm, pourtant folkloristes à souhait, n’avaient que de mauvais mots pour cette typographie dite nationale. Ils la trouvaient « informe et laide », « dégénérée et sans goût ».

Les Allemands parlent de la Schriftenstreit ou de l’Antiqua-Fraktur-Streit. Cette querelle (Streit) s’est amplifiée après l’unification de l’Allemagne à la fin du XIXe siècle.

Pour les nationalistes, l’Antiqua « vide et creuse » symbolisait tout ce qui était étranger. La « profondeur » de la Fraktur devenait une spécificité nationale. Otto von Bismarck aurait refusé un livre qui n’était pas publié en gothique.

Au contraire, une société pour l’ancienne écriture (Verein für Altschrift) a tenté à partir de 1885 de favoriser dans l’empire allemand l’expansion de l’écriture latine dominante dans le monde depuis la Renaissance. L’ancienne manière était à l’évidence la plus moderne. Le Reichtag a voté contre cette proposition en 1911.

Une révolution culturelle

Les nazis ont plongé dans la controverse politicotypographique. Dans un essai récent intitulé La révolution culturelle nazie (Gallimard), l’historien Johann Chapoutot expose la cohérence intellectuelle et rationnelle du projet hitlérien. Cette révolution conservatrice préconise un retour aux origines en s’appuyant sur les notions de la race, du sang et de la terre.

Dans cette conception du monde, la communauté prime l’individu et la lutte pour la préservation du peuple germanique se fait en préservant les traits intrinsèques fantasmés tout en combattant à mort les supposées menaces extérieures biologiques, intellectuelles ou culturelles. Tous les éléments de la vie passent au tamis sombre, de l’histoire à la géographie, de l’art à l’éthique. Le professeur Chapoutot cite le juriste nazi Hans Frank qui modifie l’impératif catégorique universel de Kant avec cette formule : « Agis de telle sorte que le Führer, s’il prenait connaissance de ton acte, l’approuverait. »

L’écriture est donc aussi enrôlée dans la révolution culturelle. Le gothique est célébré comme distinction graphique du peuple aryen. Les SS en pincent aussi pour l’alphabet runique. L’État militaire et totalitaire a trouvé sa police. Un décret de 1934 interdit aux éditeurs juifs d’utiliser la Fraktur. Le nombre d’ouvrages en allemand imprimés dans cette fonte passe de 5 % avant 1933 à près de 50 % en 1935. Mein Kampf, livre programmatique du Führer, est publié avec les caractères fracturés.

Cette position change radicalement après le début de la Seconde Guerre mondiale. Les nazis se rendent à l’évidence que le reste de l’Europe utilise l’Antiqua. La propagande doit donc délaisser la Fraktur pour rejoindre les peuples conquis, habitués aux styles latins depuis des siècles.

Dès mars 1940, Berlin décide que les publications préparées pour le Reich doivent se faire dans l’antique manière. Le 3 janvier 1941, la chancellerie publie un décret décrivant comme une « écriture juive » le gothique, en fait précisément une de ses versions datant du Moyen Âge, la Schwabacher.

Le 10 janvier, un communiqué de presse explique ainsi la décision : « Un peuple qui a l’ambition d’être une puissance mondiale doit avoir une écriture qui permette à tous les peuples d’étudier la langue allemande, sans qu’une prétendue écriture nationale les en empêche. »

Folklorique

Le pouvoir interdit aussi aux écoles d’enseigner la Sütterlin, une forme cursive dérivée de la Fraktur. Cette calligraphie inventée en Prusse en 1915 est remplacée par la Normalschrift, en fait la cursive latine qu’apprennent encore les écoliers allemands, comme tous les Européens.

Dans les faits, le virage idéologico-typographique n’empêche pas le gothique de continuer une partie de sa vie enténébrée dans le IIIe Reich, bien qu’à moindre échelle. Der Stürmer, torchon antisémite de Julius Streicher, condamné du procès de Nuremberg, est publié avec les fontes cassantes jusqu’à son dernier exemplaire en 1945. D’autres journaux, comme le Berliner Morgenpost, mélangent les deux caractères : les titres en Fraktur et les sous-titres en Antiqua.

L’Allemagne conquise va poursuivre un temps dans cette situation de « double écriture ». Dans les zones occupées, les consignes alliées s’affichent en style latin tandis que le nom des rues demeure en gothique. À la longue, la Fraktur a toutefois pris un sens folklorique, par exemple en publicité pour exprimer une idée de tradition. Une seule lettre a réussi son transfert d’une manière à l’autre, le eszett (ß), équivalent d’un double S.

Pour le reste, la vieille police quasi millénaire ne s’est pas remise de l’association ambiguë avec le régime totalitaire. Dans l’imaginaire occidental, le gothique est en partie devenu la typographie du mal…

D’UNE ÉCRITURE À L’AUTRE

Le théologien Alcuin (mort en 804) encouragea la copie de nombreux manuscrits en utilisant une nouvelle écriture cursive ronde et régulière, la minuscule Caroline (nommée en l’honneur de l’empereur Charlemagne), qui s’imposa vite dans toute l’Europe. L’écriture gothique et ses tracés anguleux entrent en concurrence à partir du tournant de l’an 1000. Elle imite, ou en tout cas rappelle, l’arc brisé en architecture et devient l’écriture moyenâgeuse par excellence. Plusieurs manières gothiques se succèdent : primitive (jusqu’au XIIIe siècle) ; textura (XIIIe et XIVe siècles) ; rotunda (XIVe et XVe) ; bâtarde ou Schwabacher (XVe siècle) ; puis Fraktur (XVIe), qui va finir par désigner tous les gothiques allemands par opposition aux écritures latines (ou Antiqua). En langue allemande, tous ces styles sont des écritures brisées (Gebrochen Schriften), tandis que seule la textura est désignée comme « Gothische Schrift ».

Übungsheft – Cahier d’exercices – Workbook

Um das Lesen und Schreiben der Kurrentschrift zu üben, empfehle ich das Hanno Blohm Arbeitsbuch: “Die Kurrent – deutsche Handschrift des 19. Jahrhunderts schreiben lernen”. Es kostet nur ein paar Euro.


Pour pratiquer la lecture et l’écriture du Kurrentschrift, je recommande le cahier d’exercices d’Hanno Blohm : Die Kurrent – deutsche Handschrift des 19. Jahrhunderts schreiben lernen. Il ne coûte que quelques euros.


To practice reading and writing the Kurrentschrift, I recommend the Hanno Blohm workbook: “Die Kurrent – deutsche Handschrift des 19. Jahrhunderts schreiben lernen”. It only costs a few euros.


Atelier de la paléographie allemande

Pour accéder aux sources manuscrites en langue allemande, l’étude de la paléographie allemande est une étape obligatoire mais parfois rédhibitoire. Afin d’aider les étudiant·e·s et les jeunes chercheurs et chercheuses de surmonter leurs difficultés, l’Institut historique allemand propose un atelier sur deux jours qui donne un aperçu général de l’évolution de l’écriture allemande, de 1800 à nos jours. L’atelier sera consacré à la lecture de sources choisies du XIXe et du XXe siècle.

Pour participer envoyez vos candidatures avec une lettre de motivation et un CV avant le 13 avril 2018 à Niels F. May : nmay@dhi-paris.fr.

Programme

Mardi 22 mai 2018

14h00 Allocution de bienvenue, tour de table (Niels F. May, Peter Exner)

14h30 Première séance de travail, dirigée par Peter Exner

15h45 Pause café

16h15 Deuxième séance de travail, dirigée par Peter Exner

18h00 Fin de la première journée

Mercredi 23 mai 2018

09h00 Troisième séance de travail, dirigée par Peter Exner

10h45 Pause café

11h15 Quatrième séance de travail, dirigée par Peter Exner

13h00 Fin de l’atelier

Organisation : Institut historique allemand.

Lieu : Institut historique allemand, 8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris.

Deutsches Paläographie (Deutsches Historiches Institut Paris) – Paléographie allemande (Institut Historique Allemand de Paris)

Neue Angebote zur deutschen Paläographie am DHIP. Ein wöchentliches Seminar und ein Workshop im Mai 2015.

Ältere deutsche Handschriften zu lesen, erscheint Anfängern auf dem Gebiet der Paläographie oft als unüberwindliches Hindernis. Um diese Hürde zu nehmen, bietet das DHIP Studierenden, Nachwuchswissenschaftlern und Nachwuchswissenschaftlerinnen dieses Jahr von Februar bis Mai ein wöchentliches Seminar sowie einen zweitägigen Workshop im Mai mit praxisorientierter Einführung in die deutsche Paläographie an. Im Seminar werden Manuskripte vom 14. Jh. bis Anfrang des 19. Jh. behandelt. Der Workshop konzentriert sich hingegen auf die deutsche Schreibschrift des 19. und 20. Jahrhunderts und stellt das Lesen von ausgewähltem Übungsmaterial unter Anleitung in den Mittelpunkt. Wenn Sie teilnehmen möchten, senden Sie bitte ein Motivationschreiben und einen Lebenslauf an Johan Lange: jlange@dhi-paris.fr.

Bewerbungsfrist für das Seminar: 11. Dezember 2015. Bewerbungsfrist für den Workshop: 15. April 2016.


Nouveaux cours de paléographie allemande à l’IHA. Un séminaire hebdomadaire et un atelier à l’IHA pour déchiffrer des manuscrits allemands.

Pour accéder aux sources manuscrites en langue allemande, l’étude de la paléographie allemande est une étape obligatoire mais parfois rédhibitoire. Afin d’aider les étudiants et les jeunes chercheurs de surmonter leurs difficultés, l’IHA propose cette année un séminaire et un atelier sur deux jours. Le séminaire hebdomadaire aura lieu du mois de février jusqu’au mois de mai et traite des manuscrit du XIVe jusqu’au jusqu’au début du XIXe siècle. L’atelier au mois de mai donne un aperçu général de l’évolution de l’écriture allemande, de 1800 à nos jours; il sera consacré à la lecture de sources choisies du XIXe et du XXe siècle. Pour participer envoyez vos candidatures avec une lettre de motivation et un CV à Johan Lange : jlange@dhi-paris.fr.

Date limite pour le séminaire : 11 décembre 2015. Date limite pour l’atelier : 15 avril 2016.


Paléographie allemande (1300-1800)

Séminaire hebdomadaire de l’EPHE, 3 février–18 mai 2016 par Marc Smith, directeur d’études

Un semestre ouvert à ceux qui souhaitent lire et éditer des manuscrits et documents en langue allemande. Les exemples seront choisis notamment dans le fonds allemand de la Bibliothèque nationale de France, mais pourront être adaptés aux besoins des participants et inclure des spécimens de leurs propres corpus d’étude.

Candidature, avec bref CV et motivation : avant le 11 décembre 2015.

Contact : marc.smith@ephe.sorbonne.fr

Lieu : Institut historique allemand, 8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris.

Horaire : tous les mercredis, 10 h–12 h.

Dates : 3, 10, 17 février ; 9, 16, 23, 30 mars ; 6, 13, 20 avril ; 11, 18 mai.

Les 23-24 mai 2016, suivra un atelier de deux demi-journées sur les documents des XIXe et XXe siècles, organisé par l’Institut historique allemand, avec Peter Exner (Generallandesarchiv Karlsruhe), Stefan Martens (IHA) et Johan Lange (IHA).

Pratique de la paléographie allemande des XIXe et XXe siècles

Pour accéder aux sources manuscrites en langue allemande en histoire contemporaine jusqu’au milieu du XXe siècle, l’étude de la paléographie allemande est une étape obligatoire mais parfois rédhibitoire. Afin d’aider les étudiants et les jeunes chercheurs de surmonter leurs difficultés, l’Institut historique allemand propose un atelier d’introduction pratique à la paléographie en deux demi-journées. Après un aperçu général de l’évolution de l’écriture allemande, de 1800 à nos jours, l’atelier sera consacré à la lecture de sources choisies. On pourra également évoquer les règles de la transcription scientifique et de l’organisation des archives en Allemagne.

La participation à l’atelier est gratuite ; en revanche, d’éventuels frais de déplacement ne pourront pas être pris en charge. Pour pouvoir tirer profit de l’atelier, la maîtrise au moins passive de la langue allemande est indispensable. Le nombre de participant(e)s est limité à dix.

Nous vous invitons à adresser – en allemand ou en français – une brève lettre de motivation ainsi qu’un CV et, le cas échéant, une description de votre thématique de recherche personnelle, jusqu’au 1er mars 2015 à Johan Lange (jlange@dhi-paris.fr). Il se tient également à votre disposition  pour tout renseignement supplémentaire.

Organisation : Institut historique allemand.

Date : Mercredi 25 mars 2015 de 14 à 18h et jeudi 26 mars 2015, de 9 à 13h.

Lieu : Institut historique allemand, 8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris.